fbpx

Blogue

De la bouche à l’oreille…

musique à bouches chronique artisan

par Geneviève Kiliko, collaboratrice 

C’est à St-Venant-de-Paquette, dans le cadre des journées de la culture, que la formation musicale s’est attribuée, par la force des circonstances, le nom « Musique à bouches ». Invité de façon impromptue par des gens du village, le groupe s’est graduellement forgé une place au sein de la musique traditionnelle québécoise. Il poursuit dorénavant sa route vers les États-Unis, l’Europe et, bien sûr, sillonnera les coins de la belle province.

Je rencontre au Café Créatif Au Croquis du centre-ville de Sherbrooke le groupe Musique à bouches, qui vient tout juste de sortir un troisième album de musique, intitulé L’habit de plumes. L’habit de plumes, parce qu’ils nous parlent de liberté créatrice, de la joie qu’ils ressentent de pouvoir rencontrer et partager la tradition orale et la musique traditionnelle. La musique qu’ils offrent colle à toutes les générations et fait le bonheur des petits comme des plus grands.

Préserver les singularités de notre langue

Sylvain Trudel, Olivier Brousseau, Isaël McIntyre, Jérôme Fortin et David Bélanger sont tous des passionnés de contes, de chants et d’histoires. La conservation et la richesse de la langue française au Québec leur tiennent à cœur. « Ce qui nous importe, entre autres, c’est de préserver les particularités de la parlure québécoise et de la langue française : les accents, les différentes terminologies régionales; ça fait partie de l’art de l’oralité ».

Un travail d’historien

Derrière leurs albums se cachent plusieurs heures de recherche dans le répertoire traditionnel. Ces recherches ont pu être effectuées grâce à une subvention du Conseil des arts du Canada, qui leur a permis d’effectuer un travail de fond, dans les archives folkloriques de l’Université Laval à Québec. Leur tout nouvel album a pu en bénéficier. « Nous aimons inclure ce travail d’historien dans notre répertoire. Nous nous efforçons de faire revivre les anciennes histoires qui ont principalement comme thèmes majeurs les récoltes, la mer, les marins, les chantiers, etc. »

Les aïeuls : des « conteux » colorés

Provenant tous de familles où la musique et les contes étaient bien présents dans leur enfance, les membres du groupe ont eu des modèles familiaux qui ont incarné l’essence de la tradition. Cette essence est d’ailleurs omniprésente et en recrudescence au Québec. « Lorsqu’on va dans les festivals, beaucoup de jeunes familles y sont; les enfants tripent sur notre musique! »

C’est ce que j’ai pu constater au lancement de leur album, le 10 mars dernier, à la Salle du Parvis de Sherbrooke. Assise dans la salle de spectacle, je pouvais voir du coin de l’œil un jeune garçon, âgé d’environ 4 ans, riant aux éclats à l’écoute de la chanson La marmelade. 

Des rencontres inspirantes

Musique à bouches offre maintenant des spectacles aux États-Unis, dans les états du Vermont, du New Hampshire, du Connecticut, etc. Ils ont eu l’opportunité de parler avec des francophones qui habitent là‑bas depuis des générations. « Ils sont contents d’entendre chanter en français. Il y a des chansons qu’ils reconnaissent très bien. Ils nous disent que leurs enfants peuvent comprendre le français, mais ne le parlent pas. »

En juin prochain, ils iront à nouveau faire un tour de l’autre côté de la frontière. Avec une bonne équipe de gérance et des contacts qui s’élargissent, nous pouvons présumer que leurs concerts aux États-Unis se poursuivront certainement au cours des prochaines années. « On a commencé à faire des spectacles là-bas il y a deux ans. Les gens qui nous écoutent sont souvent fervents des harmonies musicales. Pour nous, c’est aussi important les mots que les harmonies. Ce qui fait que ça marche, c’est l’équilibre entre les deux. Nous sommes des passeurs de tradition… » 

L’habit de plumes

Ce qui distingue le 3e album des précédents : la podorythmie. Le tapement des pieds d’Isaël McIntyre ajoute une touche intéressante et complète les arrangements musicaux. Ces derniers sont d’ailleurs qualifiés de « percutants », car ils présentent des séquences rythmiques qui sortent de l’ordinaire. De plus, de nouvelles personnes collaborent à ces arrangements et enrichissent les idées du groupe. « Puisque la podorythmie nous assoit un peu plus dans le rythme, nous essayons toujours de trouver de nouvelles façons de chanter. »

Là où tout a commencé…

La source d’inspiration commune du groupe : les chants de chorale. Après s’être rencontrés dans une chorale, ils uniront leurs voix, et les occasions pour chanter se multiplieront sur leur chemin. Les arrangements de voix a capella entraînent maintenant des foules de personnes dans leurs salles de spectacle et se propulse de l’autre côté de l’océan, vers le continent européen.

Des spectacles à venir

Fiers d’être réinvités par le plus important festival de musique traditionnelle au Québec, « Mémoires et Racines », ils poursuivront leur épopée à travers la province de Québec au cours de l’été. Ils feront halte, entre autres, à St-Gabriel-de-Brampton, Shawinigan, Carleton, etc. Ils seront également au « Old Songs Festival », dans le village d’Altamont, situé dans l’état de New York, du 28 au 30 juin prochain. Nous ne pouvons que leur souhaiter du succès, de beaux partages et de belles expériences pour la suite de leur périple. Bonne continuation au groupe Musique à bouches!

Vous pouvez consulter leur site Internet pour assister à l’un de leurs spectacles cet été : musiqueabouches.com.

Commentaire(s)

  1. Jacques Dubé dit :

    Toujours plus loin. C’est ce qu’on peut constater d’un spectacle à l’autre… Un amour poussé de la langue et des traditions québécoises.

Laisser un commentaire

Maintenant, à vous la parole!

*

Retour aux nouvelles >