fbpx

Blogue

Accessibilité universelle sur le web : adapter les sites web et autres outils de communication

accessibilite-web-basta

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les outils de communication sur le web, sites, infolettres, médias ou médias sociaux nous semblent facilement accessibles et disponibles pour tous. Mais est-ce bien le cas? En fait, la notion d’accessibilité doit être nuancée pour vraiment refléter une réalité qui englobe toutes les personnes.

Pour inclure tous les internautes, on doit davantage parler d’accessibilité universelle. C’est-à-dire, celle qui est définie comme « le caractère d’un produit, procédé, service, information ou environnement qui, dans un but d’équité et dans une approche inclusive, permet à toute personne de réaliser des activités de façon autonome et d’obtenir des résultats équivalents. »1

Les choses s’éclairent un peu? Présentement, les outils de communication sur le web, dont les sites, ne sont pas tous accessibles selon les critères énoncés précédemment. Par exemple, une personne aveugle ou malvoyante peut, bien sûr, utiliser un lecteur d’écran et une application qui transforme vocalement ou en braille ce qui est montré à l’écran. Cette technologie, installée sur son ordinateur, lui donne la possibilité de consulter le web de manière autonome. Par contre, peu de sites sont conçus pour bien interagir avec ce type de logiciel ou encore, certaines sections de sites web posent encore des problèmes techniques en ce sens.

Ainsi, les personnes avec des limitations peuvent naviguer sur le web, accéder aux sites ou aux réseaux sociaux, y obtenir les informations requises ou effectuer les actions souhaitées, oui. Mais elles peuvent y parvenir sous certaines conditions.

Cet article apporte quelques réponses techniques aux conditions requises par l’accessibilité universelle. Il dresse également un bref portrait des personnes qui seraient aidées par quelques aménagements techniques effectués sur les sites web actuels.

 

Des besoins importants en accessibilité universelle sur le web

Au Québec, ce sont 1,8 million de personnes qui ont des limitations visuelles, auditives, motrices ou cognitives. Parmi elles, 200 000 sont malvoyantes et le tiers éprouvent des difficultés à naviguer sur le web.

Mentionnons également qu’il est important de répandre l’accessibilité universelle sur les outils de communication web puisque le Québec connaît, comme partout ailleurs, une population vieillissante. Cette réalité augmente ainsi le nombre de personnes avec diverses limitations. Il y a donc là matière à réflexion… et à action. De plus, une certaine part de la population vit avec de faibles capacités de lecture ou est plus ou moins à l’aise à utiliser le web.

Peu de sites bâtis pour l’accessibilité universelle sur le web

En 2018, le Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM) a réalisé une étude portant sur les éléments d’accessibilité présents sur divers sites web. Dans le cadre de cette étude, l’organisme a analysé près de 1 000 sites web québécois francophones.

Les résultats ont démontré que moins de 18 % des sites web évalués atteignaient une cote « passable » d’accessibilité. Mentionnons que seuls 33,3 % des sites gouvernementaux avaient reçu la cote « passable ». Dans le cas des municipalités, les résultats se sont avérés très faibles, alors que seulement 2 % des sites municipaux atteignaient le niveau d’accessibilité avec la mention « passable ».

Des solutions adaptées à l’accessibilité universelle sur le web

Les professionnels du web disposent de solutions pour compenser les diverses limitations des internautes. Par ailleurs, ces solutions peuvent être utiles pour toutes personnes, puisqu’elles rendent plus accessibles les informations sur le web et qu’elles simplifient la navigation. Il s’agit donc de petits plus à ajouter à un site web, mais qui font une grande différence pour plusieurs.

En général, au moins 4 caractéristiques sont priorisées dans les sites web qui répondent aux critères de base de l’accessibilité universelle. Ainsi, ces sites doivent être :

1 – Utilisables facilement

Sur les sites adaptés, la navigation peut se faire aisément sans l’utilisation de la souris. Cette caractéristique répond particulièrement aux besoins de personnes ayant des limitations motrices ou visuelles sévères qui les empêchent d’utiliser une souris.

2 – Compréhensibles

2.1 Au niveau de la navigation sur les sites web. Il s’agit principalement de la cohérence de l’architecture du site, de la division et de la hiérarchisation de l’information. Cette caractéristique demeure très utile pour tous les internautes, tout en s’avérant très aidante pour les personnes qui présentent des limitations cognitives.

2.2 Au niveau de la clarté des informations présentées. Par exemple, il est utile d’expliquer les acronymes et les abréviations, de simplifier le langage, sans diminuer la valeur du contenu du site, et de ne pas employer de mots trop complexes ou trop techniques. De plus, des fontes bien lisibles sont à privilégier.

3 – Robustes

3.1 Au niveau de la qualité du code HTML. Cette caractéristique, plus technique, permet que le site soit facilement lu par les logiciels de revues d’écran, en audio ou en braille (logiciel d’adaptation).

3.2 Au niveau de la compatibilité entre tous les éléments interactifs du site et les logiciels adaptés. Cela inclut les menus déroulants, les boîtes de dialogue, les accordéons (présentation qui se déploie comme un accordéon).

Il faut se souvenir que les personnes qui ne voient pas les informations à l’écran doivent comprendre ce qui se passe quand des éléments interactifs sont activés. En plus, elles doivent obtenir une rétroaction pour savoir si les actions qu’elles ont posées ont eu l’effet attendu ou non.

4 – Perceptibles (pour les limitations auditives ou visuelles)

4.1 Il s’agit de rendre les contenus audios et vidéos accessibles, soit par des sous-titres soit par un médaillon en langue des signes.

4.2 Spécifiquement pour les problèmes visuels, il est requis de décrire les images, surtout celles porteuses d’éléments importants et celles qui servent de liens. Par exemple : la présence d’un « CAPTCHA », qui vise à prouver que la personne n’est pas un robot, représente tout un défi pour les personnes aveugles.

4.3 Il est très utile de faire l’association entre les étiquettes et les champs d’un formulaire. Si le code est bien fait, les personnes non voyantes peuvent comprendre quand elles arrivent dans un champ, et saisir quelle est la question posée. Elles savent par la suite ce qu’elles doivent répondre.

4.4 Il est également important de porter une attention particulière à la perception des contrastes. Les couleurs utilisées sur un site web doivent contraster avec la couleur du fond (blanche ou autre). Par exemple, un gris pâle sur fond blanc ou gris pâle sur gris foncé est plutôt difficile à voir et à lire pour la majorité des gens. Le niveau de contraste minimal requis pour un site peut être évalué par l’outil Color contrast analyzer ou par ADOBE color.

Basta communication, votre partenaire web vers l’accessibilité universelle

Chez Basta communication, nous offrons les ajustements techniques pour rendre un site web conforme aux normes de l’accessibilité universelle. Notre expertise vous permet de rendre votre site web accessible à de nombreuses personnes, qu’elles vivent avec des limitations ou non.

Contactez-nous pour connaître ce qu’il serait nécessaire d’ajuster sur votre site web pour le mener à l’accessibilité universelle. Nous sommes votre partenaire web pour tous vos besoins et pour ceux de vos visiteurs également!

1 Définition développée en 2011 par : Groupe DÉFI Accessibilité (GDA) – Rapport de recherche pour les milieux associatifs de Montréal – Accessibilité universelle et designs contributifs (version 5.3), LANGEVIN, ROCQUE, CHALGHOUMI et GHORAYEB, Université de Montréal.    

 

Vous avez des commentaires
ou des suggestions?

Maintenant, à vous la parole!

*

Retour aux nouvelles >